• Fillé vient en aide à Cervicesti après le drame roumain.

    Peu de français se souciaient en février 1989, un mois avant les élections municipales dans notre pays, de la Roumanie, ce lointain pays des Balkans. Pourtant, nous aurions eu bien des raisons de nous intéresser à cette nation qui, depuis, a signé son adhésion à l'Union Européenne dont le traité est entré en vigueur le 1er Janvier 2007.

    Pourtant en 1989, à peu près tous les roumains ayant dépassé l'école primaire parlaient ou comprenaient le français et les intellectuels ont toujours considéré Paris comme leur centre de référence. 

    A cette époque, les roumains subissaient une tragédie sans équivalent dans leur histoire. Nicolas Ceaucescu, le dictateur qui dirigeait le pays avait entrepris une série d'entreprises aussi dénuées de  sens commun que ruineuses pour les habitants.

    Une partie des monuments anciens et des vieux quartiers de Bucarest ont été rasés pour laisser place à une voie triomphale et un palais à la gloire du dictateur. Le gouvernement roumain décida, de façon arbitraire, de renoncer à tout crédit étranger et de rembourser par anticipation toutes ses dettes. Pour ce faire, afin de dégager des surplus à l'exportation necéssaires à ces remboursements anticipés, le pays est privé de lumière et de chauffage en hiver ainsi que des denrées alimentaires essentielles pour nourrir la population.

    Il y eut plus grave : le pouvoir voulait réorganiser complètement les campagnes. Des villages allaient être rasés et leurs malheureux habitants contraints, quel que soit leur âge, de quitter leur domicile où ils avaient passé toute leur vie pour s'installer dans des immeubles infâmes.

    Cette métamorphose qui avait déjà commencé près de Bucarest, allait mettre fin à la vie rurale traditionnelle du pays en transformant tous les paysans en citadins déracinés, coupés de leur voisinage et privés de leur mode de vie traditionnelle. (1).

    (1) texte : A. de Tarlé. O.F.

    C'est dans ce contexte dramatique qu'en mai 1989, sur proposition de la Coordination "Opération Villages Roumains", FILLE adopte le village roumain de CERVICESTI en MOLDAVIE, à l'extrême nord-est de la ROUMANIE, non loin de l'Ukraine, village destiné à être rasé sous l'administration de CEAUCESCU. On pensait ne jamais connaître ce village ; or suite aux évènements de décembre 1989, ce parrainage prend une toute autre dimension.

    AINSI NAQUIT LE PARRAINAGE HUMANITAIRE ENTRE FILLE sur SARTHE et CERVICESTI en MOLDAVIE (Roumanie).

    La Moldavie roumaine se situe à l'ouest du Prout et comprend 8 départements coincés entre la république de Moldavie située à l'est du Prout, successeur de la République socialiste socialiste de Moldavie et la Transylvanie en Roumanie. La ville principale de la Moldavie est Botosani. Cervicesti fait partie des neuf villages composant la commune de Mihai Eminescu (commune qui a pris le nom du poète romantique le plus célèbre de Roumanie  qui a passé son enfance dans le village d'Ipotesti.

    Déjà en Janvier 1990, le Maire de Fillé reçoit une lettre adressée par les élus de CERVICESTI, en ses termes : "Nous sommes très heureux que notre village CERVICESTI ait été adopté par votre commune. Pour nous, c'est un geste d'un véritable encouragement moral pour nous aider à dépasser les évènements tristes et difficiles par lesquels nous sommes passés à cause de ce nommé "plan de systématisation" qui n'était pas en accord avec nos intérêts et la vie paisible des habitants de notre village... Nous avons l'intention de construire une école, en ce moment nos enfants apprennent dans un bâtiment impropre ; d'enrichir le fonds de la bibliothèque scolaire, et surtout avec une bonne littérature, y compris la littérature française parce que nos enfants étudient le français ; de développer notre village et les espaces destinés à l'enseignement, à la culture pour réussir à nous intégrer parmi les villages civilisés..."

    Ce courrier a causé un vif émoi et il a été perçu à Fillé et ses alentours comme un appel en suscitant un élan de solidarité déjà amorcé. Dans le but d'apporter une aide adaptée et suivie, une quinzaine d'élus de villes et communes des Pays de la Loire dont Gérard CHOISNET, Maire de FILLE se rendent à la Mairie d'Orvault (44) pour prendre part à une réunion visant à organiser une action coordonnée entre ces diverses villes et communes parrainant des villages de la province de Botosani.

    C'est ainsi que le mardi 13 Février 1990 au matin, un camion gracieusement affrété par la ville d'Orvault avec à son bord plusieurs élus dont le Maire de Fillé prend la direction de la Moldavie et notamment du village de CERVICESTI en emportant diverses denrées alimentaires, vêtements, produits agricoles, fournitures scolaires, médicaments et produits de première nécessité grâce aux dons des habitants de Fillé et bien d'autres personnes de l'extérieur.

    Lors de ce premier voyage, le maire de Fillé emportait dans ses bagages les cartes postales, messages et dessins d'enfants et en retour, il ramenait les messages chaleureux des habitants de CERVICESTI. Durant les cinq jours qu'il a passé sur place le Maire de Fillé, guidé par les élus locaux a pu visiter cette province de Botosani située à l'extrême nord-est de la Roumanie dont la plupart des habitants vivait dans une extrême pauvreté. Il a eu l'occasion d'accompagner Dan, le médecin lors de visites de malades, un parcours effectué à travers la campagne en charrette à cheval. La visite du dispensaire qu'il avait effectuée ensuite a très vite justifié ces diverses réactions. En effet, un docteur, une assistante mais pas de matériel, même pas de coton hydrophile.


    photo collection particulière

    Le Maire de Fillé à la rencontre des élus locaux ; au centre l'instituteur de la commune voisine et interprète du groupe.

    ci-dessous, le maire de FILLE entouré des enfants de l'école de CERVICESTI.


    photos collection particulière

     

    Ci-dessous : le groupe folklorique roumain RAPSOZZI-BOTOSANILOR accueilli par leurs hôtes de FILLE

    avec au premier rang un jeune artiste de douze ans, Narcisse.

     

     
     
     
     
     
     
    soirée folklorique roumaine inédite à la Maison du Temps Libre de FILLE.

    De cette première visite en Roumanie, en Février 1990, d'une quinzaine d'élus des Pays de Loire - dont Gérard CHOISNET, maire de FILLE - naquit la passion d'où devait naître l'association France-Roumanie-Carpates-Moldavie. Or, à l'initiative de cette association, le groupe folklorique RAPSOZII-BOTOSANILOR a entamé une tournée dans toute la France en 1991.

    Après ALENCON et ARNAGE, la commune de FILLE les accueillait pour une grande soirée de folklore et d'amitié avant leur passage à la Suze prévu le lendemain. Après une nuit passée chez l'habitant, un petit déjeuner pris en commun avec leurs hôtes filléens mit un terme attristé et ému à cette inoubliable visite roumaine à FILLE car déjà, la SUZE les attendait.

    Tout le groupe roumain a gardé un excellent souvenir du chaleureux accueil que leur ont réservé les habitants de FILLE.

    En 2000, le village de Cervicesti s'était également doté - comme Fillé en 1992 - d'une nouvelle école :

     

     

    cervic11.jpg


    En 2000, le directeur de la nouvelle école de CERVICESTI - une école toute neuve comme celle de Fillé - adresse un courrier très émouvant à l'association de Parrainage de Fillé-sur-sarthe. Cette école possède même internet. Peut-être qu'un jour les élèves de Fillé et de Cervicesti pourront-ils s'adresser des messages via internet ?

    En 1993, grâce à l'association de Saint-Biez-en-Belin présidée par Madame Maryse THOMAS, nous avions pu faire parvenir à l'école neuve de Cervicesti, les anciens bureaux des vieilles classes de Fillé dans le cadre de l'opération "Camions école" créée avec la préfecture, AFPA, Mission locale et l'école de conduire Savare. Auparavant, au moyen d'un autre convoi, des lits du Centre Hospitalier du Mans ont été acheminés à l'hôpital de Botosani, la ville principale près de Cervicesti 

     

    DECOUVRONS LE VILLAGE DE CERVICESTI

     

     

    Le nom du village est lié à une belle légende qui circule encore aujourd'hui parmi les anciens : c'est celle d'une forêt avec un pré traversé par un ruisseau. Dans ce pré  biches et cerfs venaient boire dans le ruisseau et les brames pouvaient être entendus au loin, dans le premier endroit appelé Foire Botoşanăi.Mai Cerbeşti alors Cerbiceşti et enfin Cerviceşti.

    D'après une monographie de 1942 retrouvé dans les archives de la paroisse de l'église de l'Assomption, le village aurait été créé en 1465.

    Le village se trouve à 15 kms de la ville principale de Botosani dans la province de Moldavie édifié sur trois pentes reliées entre elles par un creux et, à leur tour,  traversées par un ruisseau qui s'appelle Garla Humăriei. L'ouest du village est entouré par la forêt de feuillus (chêne, charme, tilleul, acacia, cerisier) couvrant la colline Holm, Wolf Tail, Gavan.

    En ce qui concerne lla population, dans ce domaine, nous nous référons à des données prises à partir de documents d'archives de la paroisse. À la fin des années 1800 et au début des années 1900, le village avait à peu près 370 chefs de famille englobant près de 1700 âmes; autour de l'an 1942, on  pouvait trouver près de 250 familles avec 1200 âmes et, aujourd'hui nous avons 270 familles (215 familles et 55 veufs) comprenant environ 652 personnes.

     

     

    detaliu-portal-cervicesti

     


    Le détail du porche de l'église de l'Assomption de Cervicesti.

     

    L'église , comme l'inscription nous l'apprend sur le porche d''entrée a été construite en 1845, en briques, sur des fondations en pierres grâce aux efforts d'Alexandre Miclescu fondateur et propriétaire du domaine Cerviceşti . L' inscription au-dessus de la porte d'entrée mentionne donc pour les confessionnals de l'église l'année 1845 et que les  deux restaurations ont été faites dans les années 1885. Cela, bien sûr, est vrai, mais pour les confessionals, leur emplacement était au-dessus de la porte de métal à l'entrée de la nef. Le porche dont nous avons parlé plus haut a été effectivement reconstruit entre 1970-1972 , au cours de laquelle l'église a été entièrement restaurée . Restaurateurs de talent ainsi que les prêtres qui ont servi dans cette église car ils ont gardé intact cet édifice. Parlons architecture, en ce qui concerne celle de ce lieu, nous pouvons dire que le plan est conforme aux églises comme un navire sans bas-côtés, avec une abside semi-circulaire, l'autel et l'entrée se fait par le côté ouest du narthex.

    dscn2099
     
    procession de l'Assomption du 15 Août.

     

    L'autel est semi-circulaire . Après les dons des fidèles, le Saint Sanctuaire en 1995 a été décoré avec un lustre à 12 lumières.

    La nef est simple, carrée et séparée de l'autel par une iconostase habilement exécutée par un maître anonyme, en 1845, en même temps que la construction de l'église. Celle-ci est en bois de tilleul et se compose de trois rangées d'icônes, qui sont séparées par de belles colonnes. Les peintures à l'huile des icônes de saints ont joué dans le naturel. La hiérarchique Strana est également faite de bois et de chaux avec le même genre d'éléments décoratifs que l'iconostase et du même auteur. La nef a un dôme hémisphérique au milieu de laquelle pend un lustre à 24 lumières  acheté vers 1928.

    Bells est une cloche en bois située à la porte de l'église .

     

     

     

    3.-cerbul-realizat-din-vechea-tabla-ce-acoperea-biserica-din-Cervicesti
     
     

     

    Cerfs fabriqués à partir de vieux draps qui recouvraient l'église dans Cervicesti.

     

    Depuis nos premiers contacts en février 1990, Cervicesti a créé une équipe de football. Celle-ci a gagné le 11 Juillet 2011 la coupe MIHAI EMINESCU (sorte de tournoi des villages de la région de Botosani).

    Commentaires de VEZI : "

    "Ils ont joué , ils ont gagné et ont empoché la prime. "Ils" ce sont les joueurs de Cervicesti qui ont remporté la huitième édition des villages : celle de  la coupe de football de Mihai Eminescu. L'enjeu de cette coupe était un prix de £ 1000 . Pas moins de six équipes représentant les villes de Stancesti , Cucorani , Ipotesti , Catamarasti  (Catamarasti Vale) et Cervicesti ont participé à cette coupe".

    "Puis, Les joueurs de Cervicesti ont entamé l'hymne de la bande Steaua Bucarest . Après avoir reçu le trophée pour avoir remporté la Coupe des champions communes du Mihai Eminescu , les joueurs de l'équipe de Cervicesti ont déclenché une  fiesta du tonnerre après avoir enrichi le club d'une prime de 1000 € tout en "chauffant" l'atmosphère par des danses".

    "Chaude fut la nuit qui suivit pour ces joueurs,  même si dans la soirée l'apparition de quelques nuages ​​dans le ciel a raffraichi quelque peu le temps, la température atteignait ce soir-là encore 26 degrés puis la région fut douchée le lendeman par quelques orages et même de la grêle".

     

    ECOLE DE CERVICESTI (SCOALA GIMNAZIALA "PETRU RARES")

    Comme nous l'a écrit le Directeur de l'école dans sa lettre du 24 Mai 2000, une école moderne a été construite entre 1994 et 1995 - à l'image de ce qui s'était passé à Fillé, le village "parrain" puisqu'une école moderne avait été construite aussi en 1992 -. Il nous précisait que c'était la seule école moderne de toute la contrée avec un étage, une salle pour les professeurs et un laboratoire de chimie.

    Le premier bâtiment servant d'école avait été construit en 1948 dans le nord-ouest du village jusqu'en 1989 où les classes avaient été déplacées dans les locaux du centre culturel en raison de glissements de terrain.

    Les nouveaux locaux de l'école "PETRU RARES" ont été construits dans le centre du village. 


     

    Capture

    Ecole de Cervicesti.

    (Veuillez m'excuser pour ma traduction pas très bonne. Ch. Ch.).

    QUI ETAIT MIHAI EMINESCU ?

     

     

    Mihai Eminescu est considéré comme le plus grand poète romantique roumain. Il est d'ailleurs proclamé poète national de Roumanie parce qu'l a été adopté comme symbole par tous les roumains de toutes les provinces mais aussi par les roumains de l'Ukraine (voisine de la Moldavie roumaine). Des célébrations nationales ont eu lieu en 1989 pour le centenaire de sa mort et en 2000 pour le cent cinquantenaire de sa naissance qui fut baptisée "année Eminescu".

    Il était né le 15 Janvier 1850 à Botosani. Il passa ses premières années à Botosani et à Ipotesti (village natal de son père et voisin de Cervicesti).

    Les œuvres d'Eminescu sont étudiées dans chaque classe de Roumanie. La plupart de ses poèmes les meilleurs, de même que quelques-unes de ses nouvelles sont obligatoires dans les écoles roumaines. De nouveaux livres sur sa vie et son œuvre sont publiés chaque année en Roumanie. Il écrivit notamment sous l'influence des évènements de 1870/1871 en France.

     

    Mihai Eminescu

    Le grand poète roumain Mihai Eminescu

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :